LES RAPPORTS DE LOUIS-SAUVEUR MARQUIS DE VILLENEUVE AMBASSADEUR DU ROI DE FRANCE AUPRÈS DE LA SUBLIME PORTE OTTOMANE (1728-1741) Tome quatrième (1736-1739)

LES RAPPORTS DE LOUIS-SAUVEUR MARQUIS DE VILLENEUVE AMBASSADEUR DU ROI DE FRANCE AUPRÈS  DE LA SUBLIME PORTE OTTOMANE (1728-1741) Tome quatrième (1736-1739)

TABLE DES MATIERES PrefaceNotice Liste des Destinataires des Lettres du Marquis de Villeneuve 1. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 4 janvier 1736 Incursion des Cosaques russes aux environs d'Orkapi. Expédition du Khan des Tartares dans le Daghestan. Négociations de Guentch Ali Pacha auprès de Tamas Kouly Khan pour la paix. Déposition du Grand Vizir Ismaël Pacha. Le Seliktar Seïd Mehemet Pacha fait Kaïmakam. 2. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 9 janvier 1736 Sur les missions de Damas. Sur le caféde nos plantations. Sur les Jeunes de langue. Sur quelques manuscritsarméniens et sur le Sieur Otter. Sur les ordres donnés aux Consuls de renvoyer la franchise des Capitaines dont les congés sont expirés. 3. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 12 janvier 1736 4. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 13 janvier 1736Compliment de bonne année. 5. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 janvier 1736 Le Sieur Fontondemande une place de jeune de langue pour un de ses enfants. 6. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 19 janvier 1736 Sur le commerce de Constantinople. Sur le commerce des huilesde Candie. Sur les draps. Sur le Sieur Dedieu. Nouvelles. Sur le Sieur Legrand, drogman. 7. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 21 janvier 1736 Seïd Mehemet Pachanommé Grand Vizir. Démarches faites pour engager les Ministres de la Porte à accorder des secours pécuniaires aux Polonaisréfugiés à Choczim. Bruit d'une prochaine paix entre le Roi et l'Empereur. Secours que demande journellement à Monsieur l’Ambassadeur, le Comte Sapicha. M. le Comte Eperiez. 299 piastres et demie payées à un juifque M. le Comte Eperiez avait amené de Bosnie à Constantinople. Dépenses à faire à l'occasion du Comte Eperiez et des Polonais réfugiés à Choczim. Nouvelles de Crimée. Nouvelles d'une paix prochaine entre les Turcs et les Persans. Dispositions des Turcs pour envoyer une armée du côté de Bender. Arrivée de M. Fawknerà Constantinople. 8. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 25 janvier 1736 Confirmation de la nouvelle de la signature des préliminaires pour la paix entre le Roi et l'Empereur. Demande faite par M. Belkierskyà Monsieur l'Ambassadeur pour l'entretien d'une armée de Hongroisqu'il dit avoir ordre de lever. Sur M. le Comte Eperiez. 9. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 24 février 1736Accuse la réception de la dépêche de M. le Garde des Sceaux du 20 décembre 1735. Effet qu'a produit sur l'esprit des Ministres de la Porte la nouvelle de la signature des préliminaires de la paix. Visite de cérémonie faite au nouveau Grand Vizirle 21 février. Discours tenu entre lui et Monsieur l’Ambassadeur au sujet de la signature des préliminaires entre le Roi et l'Empereur. 10. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 29 février 1736 Traité de commerce entre la Porte et la Suède. Sur les bâtiments du Roi qui croisaient dans l'archipel. Un soldat de l'équipage de M. Saurinse fait Turc à Scio. Sur Monsieur de Saurin. Sur le Sieur Hou. Sur la République d'Alger. Sur le projet d'acheter les cotons en commun. Sur le Sieur Otteret sur quelques manuscritsarméniens. Sur deux manuscrits arabes. Sur les manuscrits du Prince de Moldavie. Sur les Jeunes de langue. Sur le Père Charles. Sur les missionnaires. Sur les dépenses des Échelles. Sur les affaires des huilesdu Capitaine Anglés. Sur le Sieur Deflandre. Sur le Sieur Thomas. Sur M. d'Amirat. Sur les Religieux qui ont été envoyés dans les missions de Syrie. Sur les prises que font les Espagnols sur les Turcs. Sur la prise d'un bâtiment français faite par Anima Sola, sur lequel il y avait des effets appartenant à des Turcs. Sur les prises détenues dans les ports du Grand Seigneur. Nouvelles. Sur le commerce des huiles de Candie. Sur le loyer de la maison Consulaire de La Canée11. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 29 février 1736 Accuse la réception de la dépêche de M. le Garde des Sceaux du 17 janvier 1736. Sur M. le Comte Eperiez. Secours demandés par le Comte Sapicha. Sur M. Yavourkaqu'il faut faire revenir de Crimée. Nouvelle discussion entre les Ministres de la Porte et Milord Kinnoullau sujet des coups de canon tirés par le vaisseau de guerre anglais. Sur le Sieur Peyssonnel. Sur le Sieur Deflandre. Sur le Prince Rakoczy. Sur M. Stadnicky. Sur les missionnaires. Sur M. Orlik. Sur la déclaration qui avait été demandée à Monsieur l’Ambassadeur par les Ministres de la Porte. Sur l'affaire de Milord Kinnoull. 12. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 16 mars 1736 Sur un valet de chambre de Monsieur l’Ambassadeur de Hollandeà qui les Turcs ont fait couper la tête. 13. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 18 mars 1736 Sur ce qui s'est passé dans les visites que M. Talmanet Monsieur Visnacoffont faites à Monsieur l’Ambassadeur. Visite faite par le Capitan Pachaà Monsieur l’Ambassadeur et à Mme l'Ambassadrice de France. Sur l'affaire de Milord Kinnoullet sur la permission qu'auront à l'avenir les vaisseaux des Princes chrétiens de saluer les Ambassadeurs lorsque ces derniers iront aux audiences du Grand Seigneuret du Grand Vizir. Sur la permission qu'ont eue des Arméniens catholiquesde fréquenter nos églises. 14. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 20 mars 1736 Ouvertures faites par M. le Baron de Hopkenet M. Carlsonet le drogman de la Porte au sujet de la médiation de la France entre les Turcs et les Moscovites. Sur la médiation de la France pour un traité entre l'Empire ottoman et le Roi des Deux-Siciles15. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 22 mars 1736 On rétablit l'usage de laisser saluer les Ambassadeurs par les bâtiments de leur nation qui se trouvent dans le port de Constantinople, lorsque ces Ministres vont à la Porte. Un valet de Chambre de Monsieur l'Ambassadeur de Hollandeest condamné à mort pour avoir tué un Janissaire. Djanum Codja est venu au Palais de France rendre une visite à Monsieur l'Ambassadeur. Sur la liberté que les Arméniens catholiquesont de fréquenter nos églises. 16. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 25 mars 1736 Sur le commerce des draps. 17. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 2 avril 1736 Sur le Sieur Pandely, drogman de France à Scio. Sur le Sieur Dantan. Le Capitan Pachafait rendre un soldat de M. Saurinqui avait apostasié. Sur les bâtiments français pris par les corsairesImpériaux détenus dans les ports du Grand Seigneur. Sur le Sieur Pandely. 18. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 14 avril 1736 Sur les affaires de Chypre. Sur les missions de Damas. Sur le nommé Ebn Thoma, procureur du Patriarche Silvestre. Sur les missionnaires. Sur la restitution que l'on sollicite d'une prise vénitienne faite par les corsairesespagnols. Sur les PP de Terre Sainte. Sur la République d'Alger. Contestation entre le Sieur Guezet le Sieur Beliliopour la perception de certains droits de consulat. Traduction du Sieur Deval, Jeune de langue. Remises au Sieur Tric. 19. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 14 avril 1736 20. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 14 avril 1736Sur un esclave moscovite à qui les Turcs voulaient faire couper la tête. Réconciliation entre Monsieur l’Ambassadeur de France et Monsieur l’Ambassadeur de Hollande. Sur M. le Comte Eperiez21. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 14 avril 1736Lettre de recommandation donnée à M. le Comte Eperiez22. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 18 avril 1736 Sur la prise d'un sambequin portant pavillon Impérial faite par Monsieur de Giranton.23. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 20 avril 1736 Sur la différence du droit de consulat qui est perçu sur nous pour les marchandises qui sont chargées sur les bâtiments hollandais et anglais qui vont à Salonique. 24. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 21 avril 1736 Nouvelles du siège d'Azovformé par les Moscovites. PS : sur le retour de M. Stadnickyà Constantinople. 25. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 3 mai 1736 Confirmation de la nouvelle du siège d'Azovpar les Moscovites. Demande des Ministres de la Porte envers les Ambassadeurs d’Angleterre et de Hollandeet le résident d'Allemagneà cette occasion. Préparatifs de guerre des Turcs contre les Moscovites. Mécontentement du peuple à Constantinople. 26. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 3 mai 1736 Nouvelles. 27. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 20 mai 1736 Mort du Sieur de Mars. 28. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 20 mai 1736 Audience du Grand Vizir. Sur le siège d'Azov. Lettres écrites par le Grand Vizir à Monsieur le Cardinal de Fleury au sujet de l'entrée des Moscovitessur les terres du Grand Seigneur. Nouvelles demandées par le Grand Vizir des affaires d'Europe. Usage de tirer du canon rétabli. Lettres écrites par le Grand Vizir au cours de Vienne, d'Angleterre, de Veniseet de Hollande. Opinions de quelques personnes sur l'entrée des Moscovites dans les États du Grand Seigneur. Ambassadeur de Tamas Kouly Khan qui est à Erzerum. Sur Monsieur de Visnacoff, résident de Russie. Préparatifs des Turcs pour soutenir la guerre. 29. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 21 mai 1736 Sur le commerce du café. Sur le Sieur Grangeret sur le Sieur Choquet30. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 23 mai 1736 Nouvelles. 31. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 23 mai 1736 Arrivée de M. Stadnicky. Démarches faites par M. Talmanet Monsieur l’Ambassadeur de Veniseauprès des autres Ministres pour les engager à recevoir les visites de M. Stadnicky. Sur la peine que se ferait M. le Marquis de Villeneuve d'être obligé de vivre dans une certaine liaison avec M. Stadnicky. 32. Lettre adressée au cardinal de Fleury Constantinople, le 23 mai 1736 33. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 26 mai 1736 Sur la prise d'une barque vénitienne sur laquelle il y avait des Turcs avec des effets à eux appartenant, faite par des corsairesespagnols. Sur les PP Capucinsde Smyrne. Sur les droits de l'Échelle de Constantinople. Sur le Bedeatdu café. Sur les Jeunes de langue. Sur les manuscritsarméniens. Sur le Sieur Fonton. Nouvelles. Sur le commerce de sequins vénitiens. Affaires de Seyde, et sur les missionnairesde Damas. Sur la prise du Capitaine Anglés par le corsaireManetta. Sur les câbles et les cordages dont on a fait présent au Capitan Pacha. Sur le Consul de Rhodes. Nouvelles. 34. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 29 mai 1736 Nouvelles du siège d'Azov. Nouvelles de l'arrivée à Choczimd'un Envoyé de la Cour de Russie. Préparatifs de guerre de la part des Turcs. Drogman de France à envoyer à la suite de l'armée turque. 35. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 6 juin 1736 Sur la mort du Sieur Bayle, Consul de Salonique, et sur le Sieur Thomas36. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 20 juin 1736 La Chambre du Commerce a envoyé des fonds aux députés de la Nation pour acquitter les engagements qu'elle avait contractés. Sur le nouveau droit d'avarieétabli par arrêt du Conseil. Visite rendue au Grand Vizirau camp de Davoud Pacha. 37. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 8 juin 1736 Arrivée de l'Envoyé de Russieà Constantinople. Sur l'Ambassadeur de Persequi doit venir à Constantinople. Envoi d'un Ambassadeur du Grand Seigneuren Perse. Achmet Keupruly Pacha nommé Kaïmakam. Nou Effendi, Reis-Effendi. Hiegen Aga, Kiaya du Kaïmakam. Départ des Janissaires. Proposition de Milord Kinnoullà la Porte pour sa médiation entre les Turcs et les Moscovites. Sur le Comte de Bonnevalet sur M. Talman. Sur M. Stadnicky38. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 18 juin 1736 Visite rendue par Son Excellence au Grand Vizirà son camp de Daoud-Pacha, et la conversation qu'elle a eue avec ce Premier Ministre. Sur M. Orlik. Sur le Pacha de Choczim. Visite des autres Ministres au Grand Vizir. Nouvelle du départ de l'armée turque. Conversation du Sieur de Lariaavec le Reis-Effendiau sujet de la médiation entre les Turcs et les Moscovites. Lettres écrites par le Grand Vizir au Roi d'Angleterre et aux États Généraux. Conversation de Son Excellence avec le drogman de la Porte au sujet de la médiation de la France entre les Turcs et les Moscovites. Sur M. Talman. Sur le Sieur Dedieuque j'ai envoyé à l'armée. PS : Audience du Kaïmakam. Nouvelles. 39. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 21 juin 1736 Sur les prises que les corsaires font sur les côtes de Syrie40. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 28 juin 1736 Sur le Sieur Ibrahim Massad41. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 8 juillet 1736 42. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 26 juillet 1736 Sur le nouveau droit d'avaried'entrée. Sur la prohibition d'emprunter au nom de la Nation. Sur les drapiers de Constantinople. Sur la fabrication des draps43. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 27 juillet 1736 Sur le Sieur Aignin. Sur les dépenses que les Consuls de l'archipel font à l'occasion des vaisseaux du Roi. Sur le Sieur Reynoard. Sur Emexis Bey. Sur plusieurs esclaves délivrés en vertu d'un Commandement de la Porte. Arrivée de la tartane sur laquelle étaient embarqués les câbles et les cordages destinés au Capitan Pacha44. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 27 juillet 1736 Sur les Polonaisattachés au Roi de Pologne. Sur l'idée qu'ils avaient d'exciter de nouveaux troubles en Pologne, à l'occasion de la guerre des Turcs avec les Moscovites. Nouvelles de Crimée. La Porte pense toujours à la paix, et témoigne une grande confiance à M. Talman, qui doit avoir le caractère d'Ambassadeur plénipotentiaire de l'Empereur. Lettres écrites au Roi d'Angleterre et aux États Généraux par le Grand Vizirpour leur demander leur médiation. Faiblesse de la Porte. Sur ce que le Comte de Bonnevala écrit au Grand Vizir qu'il conviendrait mieux aux intérêts de cet Empire d'engager la France d'entrer dans la médiation entre les Turcs et les Moscovites, que de se livrer à celle de l'Empereur. Sur Monsieur de Bonneval. Sur le Prince Rakoczy. PS : Lettres de créance que M. Talman a reçues d'Ambassadeur plénipotentiaire de l'Empereur. Lettres écrites par Son Excellence au Roi de Pologne. Autres écrites à M. l’Abbé Crakzinski. 45. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 août 1736 Mort du Sieur Marin, Vice-Consul d'Alexandrette, et celle du Sieur André, Consul de Satalie. État du commerce des six premiers mois de l'année 1736. Sur la famille du Sieur de Mars. 46. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 17 août 1736 Nouvelles de Criméeet de Turquie. Bruits répandus dans le public au sujet de la conduite qu’ont tenue les Ministres de la Porte avant et depuis la guerre contre les Moscovites. Conditions dont on prétend que les Turcs et les Moscovites sont convenus entre eux pour la conclusion de la paix. Nouvelles. Sur le nouveau caractère d'Ambassadeur de l'Empereur dont M. Talmana été revêtu. Embarras dans lequel Son Excellence se trouvera si cet Ambassadeur reste à Constantinople, au sujet de la préséance que les Ambassadeurs de Sa Majesté ont dans cet Empire sur ceux des autres Princes chrétiens. M. StadnickyInternonce de l'Électeur de Saxe47. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 18 août 1736 Sur les huilesdu Capitaine Anglés. 48. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 20 août 1736 Nouvelles de Criméeet de Turquie. Réflexions sur les nouvelles de Crimée et de Turquie. 49. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 21 août 1736 Envoi de trois pièces de camelot d’Angora50. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 21 août 1736 Sur la prise du Capitaine Tiepolo par des corsairesportant pavillon espagnol. 51. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 27 août 1736 État des dépenses de la Chambre du Commerce et de l'Échelle de Constantinople. Nouvelles. 52. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 27 août 1736 Sur le Sieur de Valnay53. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 27 août 1736 Accuse la réception de la dépêche de M. le Garde des Sceaux du 14 juin dernier. Nouvelles. Retour du Reis-Effendià Constantinople. 54. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 11 septembre 1736 Sur le Prince Rakoczy. Sur M. Orlik. Sur le valet de chambre de Monsieur l’Ambassadeur de Hollandeà qui les Turcs firent couper la tête. Sur la satisfaction que M. Talmana faite à Son Excellence. Notification que M. Talman a fait faire de son nouveau caractère d'Ambassadeur de l'Empereur. Insinuations faites aux Ministres de la Porte que le Roi songeait à entrer dans une ligue avec l'Empereur et la Russiecontre cet Empire. Sur la visite que Djanum Codgeafit à Leurs Excellences. Envoi de la traduction d'une lettre que le Capitan Pachaa écrite à Monsieur l’Ambassadeur. Rétablissement de l'usage de tirer du canon. Sur les Arméniens catholiqueset sur nos missionnaires. Faiblesse des Turcs. Motif du Grand Seigneurpour déposer le Khan des Tartares, Kalga Sultan a été mis à sa place. Faiblesse de la Porte qui lui a fait rechercher la médiation de l'Empereur, du Roi d'Angleterre et des États Généraux. Démarches faites par le Comte de Bonnevalauprès de Son Excellence et des Ministres de Suède, pour engager la France et la Suède à se charger de la médiation entre les Turcs et les Moscovitesau cas que la Porte la leur fît demander, et qu'elle se déterminât à en exclure l'Empereur, l'Angleterre et la Hollande. Négociations pour un traité entre la Porte et le Roi des Deux-Siciles. Sur un esclave moscovite réclamé par le résident de Russie. Sur les irrégularités de Monsieur l’Ambassadeur de Hollande envers tous les Ministres qui résident en cette Cour. Prochaine publication de la paix. Envoi d'une relation sur l'origine de Tamas Kouly Khan. 55. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 20 septembre 1736 Avantages remportés par les Tartaresdu Budjak en Ukraine. Licenciement de l'armée turque par le Grand Vizir. Refroidissement de la Porte pour la médiation de l'Empereur. Sur le Capitan Pacha. Négociations pour la paix de Perse56. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 20 septembre 1736 Affaires de Chypre. Sur les missions. Sur les Républiques de Barbarie. Sur Seyde. Sur le commerce de Candie. Sur le Sieur Otteret sur les manuscrits. Sur le Sieur Barouth. Sur M. d'Amirat. Sur les prises faites par les corsairesImpériaux détenus dans les ports du Grand Seigneur. Sur le Sieur Dez. Sur le nommé Pandely, drogman à Sçio et sur le Sieur Dantan. Sur les Arméniens catholiquesde Constantinople. Sur la prise du Capitaine Tiepolo faite par des corsaires espagnols. Rétablissement de l'usage de tirer du canon lorsque les Ministres vont prendre leurs audiences à la Porte. Sur Djanum Codja. Déposition du Khan de Crimée. Sur la vente des drapspar répartition. Sur Mehmed Bacha surnommé Parisien. Sur la perception du droit de consulat à Salonique. Origine de Thamar Kouly Khan. 57. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 28 septembre 1736 Sur la succession de M. de Sibrik, grand maître de la maison du feu Prince Rakoczy. 58. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 30 septembre 1736 Dépêches de la Cour perdues sur le chemin de Smyrneà Constantinople. Nouvelles. 59. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 30 septembre 1736 Lettres de Son Excellence apportées par le Capitaine Viany à Smyrne, et enlevées au Janissaire qui les portait de cette ville à Constantinople. Sur le Capitan Pacha. Conclusion de la paix entre les Turcs et les Persans. Refroidissement des Turcs pour la médiation de l'Empereur. M. Talmann'a point encore eu de taïn, ni pu être admis aux audiences du Kaïmakam et du Grand Seigneur. Articles préliminaires pour la paix entre les Turcs et les Moscovites, et le préjudice qu'ils porteraient, s'ils avaient lieu, à notre commerce. Nouvelles de l'armée du Grand Vizir. Sur M. Orlik. M. Yavourka, le Consul en Crimée, conduit à l’armée moscovite. 60. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 5 octobre 1736 Envoi de duplicata et de triplicata par une expédition extraordinaire que fait M. le Bayle de Venise. Conclusion de la paix entre les Turcs et les Persans. Compliment que Son Excellence en a fait faire au Reis-Effendi. Articles du traité de paix entre les Turcs et les Persans. Sur le Capitan Pacha. Arrivée de cet Amiral, et sa déposition. 61. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 5 octobre 1736 Sur la paix de Perse. Arrivée et déposition du Capitan Pacha62. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 30 octobre 1736 Sur les arrangements faits en 1734 concernant les draps. La Nation se charge de la garantie solidaire des ventes des draps. Sur la paix de Perse. Sur le Sieur Otter. Djanum Codja est déposé et exilé à Cutaya. Sur le nouveau Capitan Pacha. Point de nouvelles sur les paquets perdus sur la route de Smyrneà Constantinople. Nouvelles. 63. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 30 octobre 1736 Prochain départ de l'Ambassadeur de Perse. Moustapha Pacha nommé Ambassadeur du Grand Seigneurauprès du Sophy. Conversation du Sieur de Lariaavec le Reis-Effendi, tant sur la paix de Perse que sur la guerre des Turcs avec les Moscovites. Sur les armements de l'Empereur, des Espagnols et des Vénitiens. Sur le Roi de Pologne. Sur le Comte Stadnickyqui n'a eu encore aucune audience du Kaïmakam en qualité d'Envoyé de l'Électeur de Saxe. Sur l'embarras où se trouve la Porte de continuer la guerre ou de faire la paix. Audiences de M. Talmandu Grand Seigneur et du Kaïmakam. Sur les Ambassadeurs d'Angleterre et de Hollande. Mauvais état des forces des Turcs. Armements maritimes des Turcs. Motifs de la disgrâce de Djanum Codgea. Laz-Ali nommé Capitan Pacha. Visite de Son Excellence à cet Amiral. Sur Messieurs les Ministres de Suède. Sur M. Yavourka, Consul de France en Crimée, et les missionnairesJésuitesen ce pays-là. Sur les dépêches enlevées à un Janissaire sur la route de Smyrneà Constantinople. 64. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 31 octobre 1736 Sur l'Effendi des jeunes de langue. Sur le Sieur de Cremery. 65. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 20 novembre 1736 Sur le Sieur Otter66. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 21 novembre 1736 Le Vizir fait faire des recherches pour recouvrer les paquets de la Cour enlevés sur la route de Smyrneà Constantinople. Sur le Sieur Roque. Sur les drogmans du Caire. Sur les nouveaux droits d'avarie établis par l'arrêt du 25 février 1736. Sur les arrangements pour la vente des drapspris le 31 octobre. Nouvelles. 67. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 22 novembre 1736 Ordres donnés par le Grand Vizirpour le recouvrement des paquets de la Cour enlevés sur la route de Smyrneà Constantinople. Conversation du Reis-Effendiavec le Sieur Lariasur la situation présente des affaires de l'Empire ottoman. Dessein de la Porte d'envoyer un Ambassadeur à Paris et un autre à Vienne. Insinuations de Monsieur de Villeneuve pour détourner la Porte du dessein où elle paraissait être d'envoyer des Ambassadeurs en France et à Vienne. Sur M. Talman. Sur Messieurs les Ambassadeurs d'Angleterre et de Hollande. Conduite de l'Empereur envers les Turcs. Nouveaux troubles en Perse. Conduite qu'a tenue Monsieur l’Ambassadeur de France envers M. Talman. Sur le départ de M. Otteravec l'Ambassadeur de Perse. Visite rendue à Son Excellence par le Kiaya et le Secrétaire de l'Ambassadeur de Perse. Sur une carte du cours du Tanaïs. 68. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 23 novembre 1736 Sur les Sieurs Belin, Peyssonnelet Thomas. Sur le Sieur Thomas69. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 décembre 1736 Sur le paiement des sommes au Capitaine Jean-Jacques Guérin de Cassis. Sur les réparations qui concernent la maison Consulaire de l'Échelle d'Alep. Sur le Sieur Belilio, au sujet du droit de consulat que les députés d'Alep avaient exigé de lui. Sur les mesures à prendre pour régler le commerce de La Canée. Sur le paiement de la pension de 12 Enfants de Langue en conformité des ordres de M. le Comte de Maurepas. Au sujet du besoin que l'Échelle de Seydeavait d'un drogman, à la place du Sieur Choquetqui était allé en Perse. Sur le titre de Consul accordé au Sieur Albyà Santorin. Sur les ordres donnés aux Consuls, par M. le Comte de Maurepas, de renvoyer en France les négociants dont les lettres de change reviendraient à protêt. Sur le Sieur Legrand. Sur les plaintes qui avaient été portées contre le Sieur d'André au sujet du droit de 2 % sur les nolisements. 70. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 18 décembre 1736 Sur les arrangements des Échelles de Smyrne, de Saloniqueet de Seyde. Sur les observations de M. Icardconcernant l'Échelle de Smyrne. Sur ce qui concerne les ventes de drapsen troc. Sur ce qui a été écrit au Sieur de Peleranet sur ce qui a été recommandé au Sieur Thomaspour le soutien du prix de la draperie. Sur l'établissement des ventes de draps par répartition dans les Échelles de Smyrne et de Salonique. Sur la diminution de la vente des draps par rapport à la guerre des Turcs contre les Moscovitesqui peut être occasionnée. Sur l'expédient qui avait été proposé à la Nation de Smyrne de diminuer le prix des indigos par rapport aux étrangers. Sur l'envoi des indigos par des voies indirectes, et sous des noms empruntés. Sur des états qui doivent être envoyés par le Sieur de Peleran, concernant plusieurs choses. Sur la réduction du nombre des drogmans de l'Échelle de Smyrne. Sur la suppression des emplois de secrétaire de la Nation de Smyrne et de son agent à la douane. Sur les instructions du Sieur Thomas, Consul de Salonique. Sur l'église des pères Jésuites. Sur le règlement qui concerne l'Échelle de Seyde. Sur les achats des cotons en commun. Sur l'expédition des navires destinés pour Seyde. 71. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 24 décembre 1736 Sur le Patron Antoine Roussin du Martigues. Sur les câbles et cordages destinés pour Djanum Codja. Sur les plaintes qui avaient été portées à la Porte par des marchands turcs d'Alexandrie, au sujet d'un de leurs bâtiments destinés pour la foire de Senigaille qu'ils prétendent avoir été pris par un corsaireportant pavillon français et sur les conséquences des suites de cette affaire. Sur des lettres de M. Le Bailly de Bocage, concernant la restitution des esclaves turcs pris sur une barque vénitienne du côté de Naplesde Romanie. Sur une lettre du Sieur Beaumeau sujet d'un nouveau soulèvement arrivé à Rosette occasionné par un corsaire qui avait pris quelques germes. Sur le Sieur Legrand. Sur les arrangements à prendre à l'occasion de la mort du Sieur Latine et de la maladie du Sieur Delaria. Sur l'arrivée du Prince Ragotzy à Constantinople. Sur Messieurs les Ministres de Suède. Sur le départ d'ici de M. Talmanpour le camp. Sur le départ prochain des Ambassadeurs d'Angleterre et de Hollande, et sur le succès des bons offices de ces médiateurs dont on parle ici différemment. Sur Monsieur de Visnakof. Sur le retour du Capitan Pachadu camp, et sur la construction de quantité de bâtiments. Sur le Reis Effendi et sur ce qu'il s’est démis de sa charge volontairement. 72. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 24 décembre 1736 Sur les moyens à employer pour détourner les Turcs de la continuation de la guerre. Sur le Khan des Tartaresqui a été déposé. Sur la médiation de la France pour la paix entre les Turcs et les Moscovites. Départ du Sieur Olibou, drogman, pour le camp. Sur Monsieur de Bonneval, et les moyens qu'il suggère aux Ministres de la Porte pour les porter à la continuation de la guerre. Départ de M. Talmanpour le camp du Grand Vizir. Sur les Ambassadeurs d'Angleterre et de Hollande. Sur Monsieur de Visnacoff, résident de Russie. Armement des Turcs par mer. Démission du Reis-Effendide sa charge. Mustapha Effendi nommé Reis-Effendi. Dispositions de la Porte pour la paix. Sur M. le Prince Rakoczy. Il ne s'est présenté aucune occasion pendant le séjour de M. Talman à Constantinople en qualité d'Ambassadeur qui ait pu donner lieu d'élever la question de la préséance entre l'Ambassadeur du Roi et celui de l'Empereur. Sur le traité entre la Porte et le Roi des Deux-Siciles. Sur les voleurs qui avaient arrêté le Janissaire de Smyrne. Sur Messieurs les Ministres de Suède. Envoi de la carte du cours du Tanaïs. 73. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 7 janvier 1737 74. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 7 janvier 1737 Sur un mémoire du Sieur Ruffin, drogman de Salonique, au sujet de la modicité de ses émoluments et de ses appointements. Sur quelques avantages remportés par les Tartaressur les Moscovites. Sur la mort de Laz Aly Kapoudan Pacha. 75. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, sans date. Sur la mort du Sieur Dez, Consul à La Canéeet sur les prétentions du premier député qui en fait les fonctions. Sur le départ de M. Talmand'Andrinople76. Lettre adressée au cardinal de Fleury Constantinople, le 7 janvier 1737 77. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 8 janvier 1737 78. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 29 janvier 1737 Sur la nouvelle répartition et sur le tort et préjudice que cause le parti que quelques drapiers ont pris de faire venir des drapsde Smyrneà Constantinople. Sur le prochain départ des Ambassadeurs d'Angleterre et de Hollande. Sur la nomination d'un nouveau Kapoudan Pacha. 79. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 29 janvier 1737 80. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 10 février 1737 81. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 15 février 1737 82. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 février 1737 Sur la punition des bandits qui avaient arrêté le Janissaire porteur des lettres qui avaient été perdues, et qui n'ont pu être recouvrées. Sur ce qui concerne la famille du feu Sieur de Mars. Sur l'emploi de Précepteur des Jeunes de Langue accordé aux Capucins. Sur les envois des cafés, ce qui est un objet considérable pour notre commerce. Sur la permission accordée au Sieur Sielvede repasser en France. Sur le Sieur Legrand. Sur le Sieur Bruë. Sur le second fils du Sieur Fonton. Sur la nécessité qu'il y a de mettre en règle les Échelles de Smyrneet de Saloniquepour la fixation des draps, en y établissant l'arrangement des ventes par répartition. Au sujet du Sieur Amauri, pilote de la barque du Roi la Sibylle qui avait été employée au recouvrement des huilesconjointement avec le Sieur Brémond. Sur un nommé Hiary, drogman à Naplesde Napoly. Sur les mesures qu'on doit prendre en faveur des étrangers pour les exempter de l'imposition du nouveau droit d'avarieet sur plusieurs réflexions à ce sujet. Sur la place de chancelier du Cairedonnée au Sieur Valieres neveu de M. Icard. Sur la mort du Sieur Dez, Consul de La Canée, et sur sa veuve qui se trouve chargée d'une nombreuse famille. Sur les Sieurs Vian et Majastre, au sujet des lettres de change qu'ils avaient été obligés d'acquitter. Sur un manuscrit. Sur la copie des provisions de Consul de France à Bassoraadressée au Sieur Oliboupour qu'il tâche d'obtenir un Barat. Sur les cordages qui étaient destinés pour Djanum Codja. Sur la charge de Kapoudan Pacha donnée à Soliman Pacha, Bey d'une galère et sur la visite qui lui a été faite. Sur des lettres du père Séguran de Damas. Sur la situation, et l'état où se trouve la Religion Catholique en Syrieainsi qu'à Constantinople. Sur le Sieur Otter. Sur les manuscrits. Sur les traductions des Jeunes de Langue. Sur la révolution arrivée au Caire. Sur la restitution des prises faites sur nous par les corsairesImpériaux pendant la dernière guerre. Sur le Sieur Pandely, drogman à Scio. Sur la contestation du Sieur Martin, Consul de Seyde, avec le Père Charlesde Fougères. Sur l'arrivée de M. Talmanau camp du Grand Vizir. Sur Mme Talman et sur le prochain départ de Monsieur l'Ambassadeur d'Angleterre. Sur ce qu'on continue de construire plusieurs galiotes. 83. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 16 février 1737 Sur les comptes de l'Échelle de Constantinople et de la Chambre du Commerce et sur l'état du commerce de l'année passée. 84. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 18 février 1737 Sur l'intention que la Porte a de faire un traité de commerce avec le Roi des Deux-Siciles85. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 18 février 1737 86. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 20 février 1737 Sur la nécessité de faire repasser en France le Sieur Jean Laurens, négociant de cette Échelle. 87. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 10 mars 1737 88. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 14 mars 1737 89. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 mars 1737 90. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 16 mars 1737 91. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 16 mars 1737 Sur l'établissement à Smyrnede la vente des drapspar répartition, et sur l'augmentation du prix de cette marchandise. Sur ce que le Sieur de Peleranme marque avoir été agité à Smyrne au sujet de la vente des draps en troc. Sur les représentations du Sieur de Peleran et de quelques négociants pour vendre les indigos par répartition. Sur une réponse du Sieur Fondieresà une lettre écrite à M. le Contrôleur Général. Sur deux traductions du Sieur de Launayenvoyées à la Chambre du Commerce ainsi qu'une copie du Chaidy faite par le Sieur Duval, ouvrage qui a coûté beaucoup de peine et de soins à ce Jeune de Langue. Sur plusieurs nouvelles assez intéressantes qui concernent les Turcs, les Moscoviteset les Plénipotentiaires. Sur quelques avantages remportés sur les Moscovites par les Tartares. Sur les deux audiences du Kaïmakam et du Grand Seigneuraux Ministres de Suèdeau sujet du traité de commerce qu'ils ont conclu avec la Porte. 92. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 26 mars 1737 Sur une lettre du Sieur de Peleranqui regarde les Sieurs Giuseppe Giesa et Andrea Serilany, marchands génois. 93. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin, garde des sceaux Constantinople, le 2 avril 1737 Nouvelles de Babadag. Divan tenu à Constantinople pour donner aux plénipotentiaires le pouvoir de faire la paix aux meilleures conditions. Lettres du Grand Viziret du Kiaya sur le traité à faire entre la Porte et le Roi des Deux-Siciles. Réflexions sur ce traité; et il serait à propos que ce fût plutôt une simple suspension d'hostilités qu'un traité de commerce. Nouvelles. 94. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 2 avril 1737 Sur l'intention où sont les Ministres de la Porte de faire avec le Roi des Deux-Sicilesun traité et sur le désir qu'ils ont que ce soit par la médiation de la France. Sur la disposition où sont les Ministres de cet Empire de conclure la paix avec les Moscovites. Sur un incendie arrivé ici. PS sur le naufrage du Capitaine Cyprien David, sur le bâtiment duquel était embarqué le Sieur Joseph Bruë, drogman, et un Capucinqui ont eu tous deux le malheur de périr. 95. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 26 avril 1737 Sur la vente des drapsde la nouvelle fabrication par répartition et sur plusieurs autres choses qui concernent la draperie. Sur les mesures qu'on devait prendre pour faire exempter du nouveau droit d'avaried'entrée les marchandises chargées par les étrangers sur nos bâtiments. Sur la restitution des Turcs et de leurs effets pris sur le vaisseau ragusain allant à la foire de Senigaille. Sur les mouvements de M. de Puissieux au sujet à peu près d'une pareille affaire. Sur une prise faite à Damiette. Sur le Sieur Otteret sur le journal de sa route d'ici à Alep. Sur le Sieur Avenel qui était à Alep et qu'on envoie à La Canéeà la place du Sieur Joseph Bruënoyé, et sur le Sieur Devalqu'on envoie à la place du Sieur d'Avenel. Sur le congé que le Sieur Sielvea demandé pour repasser en France, et sur quelques changements que cela a occasionnés dans les Échelles d'Égypte. Sur le départ du Sieur Thomas, Consul de Saloniqueet sur quelques autres choses qui le concernent. Sur plusieurs nouvelles. 96. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 4 mai 1737 Sur le choix que Sa Majesté a fait de M. Amelot de Chaillou, pour le Ministère des Affaires étrangères à la place de M. Chauvelin. Sur M. Otterenvoyé en Perse97. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 5 mai 1737 S.E. donne les éclaircissements qui lui avaient été demandés au sujet d'un mémoire que le Khan des Tartaresdéposé avait donné au Sieur de Peleranen passant à Smyrnepour aller à Scio, lieu de son exil. 98. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 6 mai 1737 Réflexion sur les dernières instructions contenues dans les lettres du 15 et 29 janvier. La paix des Turcs avec les Moscovitesest nécessaire, à cause de la faiblesse des premiers; c'est l'esprit des premières instructions. La paix des Turcs avec les Moscovites est nécessaire, parce que l'Empereur serait obligé de prendre part à la guerre si elle continuait; et qu'il est hors d'état d'en soutenir les frais; c'est l'esprit des secondes instructions. La paix paraît si nécessaire qu'il semble qu'on s'embarrassait peut d'abord à quelles conditions elle se ferait. Mais par les secondes instructions, on suggère d'employer secrètement tous les ressorts imaginables pour empêcher que les Moscovites n'obtiennent le commerce de la mer Noire. On avait prévenu les instructions en suggérant à la Porte de fortifier Taman et Yegnikalé, car c'était leur insinuer de céder Azov, et en même temps leur fournir le moyen d'exclure les Moscovites de la mer Noire. Le mémoire présenté à ce sujet n'a pas pu contribuer à la résolution qu'a prise la Porte d'envoyer les plénipotentiaires au Congrès. Si les Moscovites font la paix sur le pied de l’uti possidetis, ils auront l'entrée à la mer Noire, par le bras de mer qui sépare Taman d'avec la terre ferme. S'ils la font en démolissant Azov ils seront d'autant plus autorisés à prétendre le commerce de la mer Noire. Difficultés de remplir l'objet des dernières instructions. 1° par la difficulté d'agir secrètement pour exclure les Moscovites de la mer Noire. 2° parce que ces démarches peuvent empêcher la paix, qu'il faut pourtant tâcher de proclamer. 3° par la peine qu'il y aura de savoir ce qui se passera au camp ou au Congrès. Motif d'espérance de réussir à remplir l'objet des deux instructions. Nouvelles instructions à Monsieur de Totte. On enverra M. de Lariaau camp. Les Ambassadeurs des Puissances maritimes travailleront à empêcher que les Moscovites n'obtiennent le commerce de la mer Noire. Les Ministres même de la Porte craignant également les événements d'une guerre malheureuse et la sédition que pourrait susciter une paix honteuse, sont intéressés à ne pas accorder aux Moscovites des conditions capables d'exciter l'indignation de la populace et des milices. Les Ministres de la Porte seront intimidés d'ailleurs par les dispositions que les Turcs et les Tartarescommencent de manifester au sujet de la paix. Discours public à ce sujet. Ces discours ont occasionné la nouvelle dispute du Khan qui de Gallipolia été de nouveau renvoyé à Scio. Le Khan régnant a refusé de se rendre au camp. Conclusion : les Ministres feront la paix, mais non à des conditions capables d'exciter une sédition. Lettre de M. Talman; réponse qui a été faite. Arrivée de l'Ambassadeur d'Angleterre au camp. Il refuse les honneurs extraordinaires que le Grand Vizirveut lui faire. Raisons de ce refus. M. Talman se plaint des honneurs faits à l'Ambassadeur de Hollande. Sentiment que les deux Ambassadeurs ne devaient être conduits que par un Vizir Agassi. La Porte donne le titre d'Émiralem à son Capigi-Bachi. Arrivée de l'Ambassadeur de Hollande au camp. M. Fawknerrompu tout commerce avec lui. Il y a peu d'apparence que ces Ambassadeurs aient part à la médiation. Départ de M. Talman pour Kudac. Ibrahim Effendi, ami de Monsieur de Totte fera les fonctions de drogman de la Porte. Situation du Prince Rakoczy. Conduite que l'on tiendra envers les Ministres de Suède. Délai d'entrer en commerce avec M. le Comte Hamidski jusqu'à de nouvelles instructions. Audience du Comte Stadnicky. Dispositions du nouveau Capitan Pacha. Voyage des Jésuitesen Crimée, différé. M. Yavourka. On retiendra la tartane du Roi. 99. Lettre adressée au cardinal de Fleury Constantinople, le 6 mai 1737 100. Lettre adressée au cardinal de Fleury Constantinople, le 6 mai 1737 101. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 10 mai 1737 Sur une lettre écrite de Bassorapar le Sieur Darbouy de Richebourg, par laquelle il se plaint du mauvais procédé des Religieux Carmesde cette Échelle. Sur le Sieur de Lariaqui va au camp relever le Sieur Olibouet qui est chargée de renouveler les instances pour obtenir un Barat en faveur du Consul de Bassora. Sur la permission que la veuve du Sieur Masse, ci-devant Consul de Rhodes, souhaiterait d'avoir pour marier sa fille avec un chirurgien français et sur une lettre du Khan des Tartaresqui est relégué dans cette ville, par laquelle il écrit qu'il souhaiterait qu'on consente à ce mariage. 102. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 mai 1737 Sur ce qu'on avait appris indirectement que la nation de Smyrneavait délibéré de vendre les indigos par répartition, au lieu qu'ils s'étaient vendus autrefois par envoi. Sur l'arrivée ici du Sieur Roques103. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 15 mai 1737 Bons effets que pourra produire la confiance d'Ibrahim Effendipour Monsieur de Totte. Que les Ministres de la Porte céderont plutôt le commerce de la mer Noire que la place d'Azov. Mauvais effet de la mésintelligence des Ambassadeurs des Puissances maritimes. Instructions données à Monsieur de Totte sur la manière dont il devait parler à ses Ministres. Audience qu'a eue l'Ambassadeur de Hollande. Arrivée de M. Talmanà Ismaïl. Nouvelles de la marche des Moscovites, tant du côté du Boristhène, que du côté du Tanaïs. Fermentation au camp à ce sujet; résolution de partir à Babadag. Interception des lettres écrites à M. Talman. La Porte paraît indisposée contre lui. Discours du Kaïmakam à ce sujet. Prochain départ du Sieur de Laria. Motifs du voyage d'Ibrahim Effendi en Pologne. Insinuations de M. Orlikaux Polonaissur la demande qu'avaient faite les Turcs de faire passer leurs troupes sur les terres de la République jusqu'à Kiev. Caresses que la Porte fait aux Polonais. 104. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 12 juin 1737 Sur la réponse d'une lettre du Pacha de Negrepont faite au Kaïmakam au sujet de l'affaire du Capitaine Guérin et sur le peu d'apparence qu'il y a de réussir dans cette affaire. Sur ce qu'il convenait que la place de premier drogman de Tripoli de Syriefût occupée par un Français, et sur ce que le Sieur Torbeyen avait lui-même fourni l'occasion en demandant son congé. Sur une lettre du Sieur Delane, Consul d'Alep, au sujet d'une somme de 17000 piastres confiée à des messagers appelés Mallens et sur les suites fâcheuses de cette affaire. Sur une affaire arrivée aux Sieurs Toucheet Jauna, négociants de Chypre, avec Soliman Capitan chef d'escadre des vaisseaux du Grand Seigneur, au sujet d'un traité que ce commandant avait fait avec eux, et des suites qu’a eu cette affaire. Sur les nouvelles de cet Empire. Sur la réception des lettres du Sieur Otter105. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 12 juin 1737 On rappelle ce qui a été écrit sur les obstacles que pourrait rencontrer la paix. Soupçons de conspiration à Constantinople. Mécontentement des troupes. Appréhensions de Monsieur de Totteà ce sujet. Ancien système renouvelé qu'Azova été pris par la connivence des Ministres de la Porte. Consentement que les Tartaresont donné à la négociation de la paix. Nouvelles au camp de la marche des Moscovites. Le Congrès doit se tenir à Niemirova. Le Gouverneur polonais a refusé de recevoir les plénipotentiaires dans cette place. Peu d'apparence à la conclusion de la paix. Regrets des Ministres de la Porte d'avoir donné trop de confiance à la Cour de Vienne. Les Ambassadeurs des Puissances maritimes sont restés à Babadag. Les Ambassadeurs ont envoyé leur Secrétaire au camp. 106. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 5 juillet 1737 Sur le remboursement des 408 piastres que le Sieur Rougeauavait avancées pour les réparations de sa maison consulaire de Scio. Sur ce que le Sieur Rougeau se plaint de rencontrer des difficultés au sujet du remboursement de ses dépenses en présents; sur ce que le Sieur, de Peleranécrit à ce sujet et sur quelques observations qui concernent ces dépenses. Sur ce que le Sieur Ruffinavait proposé d'augmenter ses émoluments. Sur ce qui a été écrit au Sieur Delaneau sujet de la dépense qui concerne les réparations de la maison consulaire. Sur les Sieurs Choquetet Galand. Sur ce que le Sieur de Peleran avait proposé d'établir un droit de 10 piastres sur les indigos et d'en dégoûter par-là les étrangers de ce commerce. Sur les expédients qu'il y aurait à prendre pour réduire les dépenses de l'Échelle de Smyrnepar rapport aux drogmans et aux officiers de la nation, et sur un état qui a été dressé à ce sujet, touchant l'ouverture de plusieurs répartitions. Sur Djanum Codja. Sur les instances des Ministres de la Porte au sujet de la restitution des Turcs pris sur des bâtiments vénitiens. Sur les ordres du Roi des Deux-Sicilesconcernant les corsaireset sur celle du Grand Maître pour le même sujet. Sur une lettre circulaire qu'on écrira aux députés qui exercent les fonctions de Consul en cas de vacance de ne prétendre que la première place comme premier député. 107. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 6 juillet 1737 Sur le Sieur de Cresmery, Jeune de Langue qui sera employée dans le secrétariat. Sur la quantité exorbitante de caféenvoyée de Marseilleà Constantinople, et sur les inconvénients qu'il y a de multiplier les plantations de café dans nos colonies. Le même inconvénient des envois trop considérables du café dans le Levant se trouve aussi pareillement par rapport aux sucres dont les envois sont excessifs. Sur la grâce accordée au Sieur Fontonen lui accordant une place de Jeune de Langue pour son fils. Sur le Sieur Amauri, pilote de Monsieur de Saurin. Sur le droit d'avaried'entrée concernant les étrangers. Au sujet du Barat pour le Consul de Bassora. Sur un Commandement obtenu contre le Procureur du Patriarche Sylvestre, en faveur des Religieux de Damas, et que les Pères de Terre Sainten'ont pas jugé à propos de mettre à exécution, ce qui a été approuvé. Sur ce que Monsieur l'Ambassadeur continu de vivre en bonne intelligence avec les Patriarches Arméniens de Constantinople et de Jérusalem, et sur tout ce qui a été mis en usage pour le bien, l'avantage et l'augmentation de la Religion Catholique dans ce pays-ci. Sur un état des traductions des Jeunes de Langue, et sur les gratifications qui leur ont été accordées à ce sujet. Sur les copies du Chaidy des Sieurs Devalet Roquesqui exigera quelque récompense. 108. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 6 juillet 1737 Sur une lettre de Monsieur le Cardinal de Fleury au sujet de l'intention que Sa Majesté a d'envoyer quelqu'un en Persepour féliciter Chah Nadir sur son avènement au trône, et de lui faire agréer en même temps que nous ayons un Consul à Ispahan. Sur l'empressement qu'ont les Ministres de la Porte d'avoir une réponse au sujet du traité à faire entre cette Cour et celle du Roi des Deux-Siciles109. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 6 juillet 1737 110. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 7 juillet 1737 Sur un mémoire de M. le Prince Constantin au sujet de la succession du Sieur de Laera, Consul de Negrepont. 111. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 7 juillet 1737 Sur les mouvements qui se sont donnés à la Porte au sujet de la demande qui a été faite d'un Barat pour le Consul de Bassora112. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 8 juillet 1737 Sur l'établissement des ventes de drapspar répartition dans presque toutes les Échelles. Sur une plus grande augmentation que M. le Comte de Maurepas croirait convenable sur le prix des draps, par rapport à l'augmentation qu'on a faite sur les sequins. Sur la permission que je pourrais donner à chaque négociant de vendre au-delà de ce qui leur était fixé par chaque répartition. Sur la résolution de M. le Contrôleur Général d'envoyer ici le Sieur Fondieres. Sur les indigos. Sur les indigos qui regardent l'Échelle de Smyrne. Sur quelques soupçons qu'on avait de la conduite du Sieur Bonnet. Sur des copies d'un arrêt du Conseil donné aux députés et aux négociants étrangers. PS Sur un plan du canal depuis Ténédosjusqu'à Constantinople, fait par le Sieur Aignin, et sur la grâce qu'il demande. 113. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 10 juillet 1737 Sur les traductions des Jeunes de Langue. PS sur le Hodja des Jeunes de Langue. 114. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 12 juillet 1737 115. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 12 juillet 1737116. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 15 juillet 1737 117. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 juillet 1737 Sur les cafés et sur le Commandement obtenu pour en permettre le transport dans toutes les côtes de la mer Noire. 118. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 19 juillet 1737 Sur les informations que M. Icarddoit donner au sujet du droit d'avaried'entrée. Sur la conduite qui sera tenue au sujet du traité à faire entre la Porte et le Roi des Deux-Siciles. Sur les indigos qui regardent l'Échelle de Smyrne. Sur ce que les envois de caféà Constantinople sont trop multipliés, et sur l'avilissement du prix de cette marchandise. Sur le Sieur Rippert. Sur les drapsdu Languedoc. Sur l'augmentation d'appointements à accorder au Hodja des Jeunes de Langue. Sur un état circonstancié des traductions des Jeunes de Langue. Sur les derniers des dépôts qui restent en Chancellerie et qu'il conviendrait de remettre aux Capucins. Sur une visite du Bostangi-Bachi. 119. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 20 juillet 1737 Sur une difficulté que faisait le Sieur Bezud, premier député à Salonique, d'expédier un vaisseau. 120. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 21 juillet 1737 Sur le Sieur Raymond de Modène121. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 21 juillet 1737 122. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 25 juillet 1737 123. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 26 juillet 1737 124. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 29 juillet 1737 125. Lettre adressée au cardinal de Fleury, ministre d'État. Constantinople, le 29 juillet 1737 126. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 28 juillet 1737 Sur Kerim Bey, Ambassadeur de Perse. Sur un Commandement obtenu pour faire exiler le Procureur du Patriarche Sylvestre. Sur un Commandement obtenu qui autorise le nouvel hospice que les Pères de Terre Sainteont fait bâtir à Rame. Sur un Commandement obtenu pour faire châtier les Mallens qui avaient fait une avanie à la nation d'Alep. Sur les Sieurs Torbeypère et fils et sur le Sieur Benjamin Bruëqui a été fait premier drogman de l'Échelle de Tripoli de Syrie. Sur l'envoi de l'extrait de la délibération prise au sujet des cafés. Sur l'envoi de l'état du produit du droit d'avaried'entrée. 127. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 2 août 1737 128. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 4 août 1737 129. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 4 août 1737 Sur quelque chargement arrivé dans cet Empire concernant deux de ses principaux officiers. 130. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 12 août 1737 Sur le changement arrivé dans le Ministère tant à Constantinople qu'au camp. Sur l'obtention des lettres en faveur du Consul de Bassora. Sur les audiences de congé de l’Envoyé de Perse. Sur une relation de la prise d'Oczakou et sur les nouvelles concernant les trois Puissances belligérantes. 131. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 12 août 1737 132. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 29 août 1737 133. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 30 août 1737 Sur la demoiselle Amasia Taspas. Sur l'ordre de faire repasser en France le Sieur Jean Laurens. Sur l'envoi de l'état de la recette des dépenses faites tant pour cette Échelle que pour la Chambre du Commerce, pendant les six premiers mois de cette année. Sur ce qui concerne le Ministère. Sur une audience du Kaïmakam et sur la bonne volonté de ce Ministre qu'il a fait paraître surtout par la défense qu'il a faite aux Arméniens d'user dorénavant d'une excommunication qu'ils fulminaient tous les ans contre Saint Léon Rose. Sur le départ précipité de l’Envoyé de Persequi a empêché l'entrevue qu'il avait promise. Sur l'envoi de l'état du commerce des six premiers mois de cette année et sur la prévention où était M. le Contrôleur Général que c'était la répartition à laquelle on avait assujetti les drapsfaçon d'Angleterre qui en avait empêché la vente et les avait fait tomber dans le discrédit. Sur des nouvelles de la guerre présente de cet Empire. 134. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 30 août 1737 Sur le Capitaine Ferrand et sur ce qui concerne l'affaire de la polacre qui lui fut enlevée par une galiote Impériale en Morée135. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 3 septembre 1737 136. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 4 septembre 1737 ……………………………… 316 Sur ce qui concerne les étrangers touchant le droit d'avaried'entrée et sur la permission qui leur a été accordée de noliser nos bâtiments. Sur la restitution des Turcs et des effets pris par des corsairesespagnols, et sur les instances réitérées des Ministres de la Porte à cette occasion. Sur le Sieur Otter. Sur les instances que le Sieur de Lariaest chargé de faire auprès du nouveau Grand Vizirpour tâcher d'obtenir l'expédition d'un Barat en faveur du Consul qui sera nommé à Bassora, et sur ce qui concerne les Religieux Carmesqui habitent dans cette susdite ville. Sur la préférence qu'on disait que nos marchands donnaient aux drapsd'Angleterre à ceux de nos manufactures, ce qui se trouve faux. Sur la permission accordée au Sieur Gros, chirurgien de Bengli Ghiray Khan, de se marier avec la fille de la veuve Masse. Sur l'extrait des notes marginales turques d'un manuscritremis au Sieur Barouth. Sur deux assemblées tenues à Smyrneau sujet de la vente des indigos. Sur l'arrivée de la tartane du Roi au Millele 7 du mois d'août qui était parti d'ici le trois et sur la négligence et le peu d'exactitude du Sieur Olivier, dont Monsieur de Tottese plaignait. Sur l'emprisonnement du drogman d'Allemagne137. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 6 septembre 1737 138. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 20 septembre 1737 139. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 29 septembre 1737 Sur l’envoi d’une nouvelle carte de la Criméeet des pays circonvoisins depuis Oczakou jusqu'à Azov, dressée par le Sieur Peyssonnel140. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 30 septembre 1737 Sur deux lettres de change tirées par les Sieurs Anselme et Soucheyron, négociants de Seyde, sur les Sieurs Couturieret Magalonnégociants de Constantinople qui ont refusé de les accepter et sur les suites qu'a eues cette affaire. Sur le mauvais usage qu'on avait reconnu que faisait le Sieur Couturedes dépôts remis en sa Chancellerie de Rhodeset sur les ordres donnés au Sieur Andrépour les envoyer à celle de cette Ambassade ainsi que toutes les sommes qu'il recevrait à l'avenir. Sur quelques représentations du Sieur d'André par rapport à de certains droits, et à quelques dépenses. Sur le Sieur Séguier, négociant de Smyrne, et sur une grâce qu'il demande qu'il paraît juste et convenable de lui accorder. Sur les familles des feux Sieur Dez, Consul de La Canée, et du Sieur BonnalConsul à Mételin, et sur la place de Jeune de Langue qu'on demande pour deux de leurs enfants. Sur ce que la consommation des cafés de nos colonies augmente tous les jours dans cette capitale, et sur quelques réflexions à ce sujet. 141. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 1er octobre 1737 142. Lettre adressée au cardinal de Fleury, ministre d’État Constantinople, le 1er octobre 1737 143. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 8 octobre 1737 Sur une lettre enregistrée à la Chancellerie de cette Ambassade concernant les matelots qui quittent leurs patrons ou qui désertent. Sur les Sieurs Torbey. Sur un Commandement obtenu en faveur des négociants d'Alepcontre les Mallens où messagers. Sur les Sieurs Toucheet Jaunapar rapport à leurs affaires avec Soliman Pacha. Sur une créance que M. de Sommerecourt avait contre l'hoirie du feu Sieur Dezet sur le triste état où se trouve réduite cette famille. Sur M. Belinet sur quelque chose qui concerne sa femme et ses filles. 144. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 10 octobre 1737 Sur une lettre du Sieur Otterde Bagdadet sur ce qui le concerne. Sur la mort de Monsieur de Villeneuve à Bassora145. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 7/10 octobre 1737 146. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 11 octobre 1737 147. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 12 octobre 1737 148. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 29 octobre 1737 Sur une lettre d'Achmet PachaKiupruli Seraskier de Roumélie, et sur les 22 Français qu'il avait fait passer à Saloniquedont le Sieur Thomas, Consul de cette Échelle m'accuse l'arrivée, ainsi que les dépenses qu'il avait été obligé de faire à cette occasion. Sur ce qui concerne la contestation qui s'était élevée à Seydeau sujet de la Communion Pascale. Sur ce que des Religieux Capucinsavaient repris les missions de Tauris et d'Ispahan, et sur le besoin qu'ils ont de quelque secours. Sur le Sieur Reynoardétabli à Nio, et sur ses besoins et nécessités. Sur les motifs qu'on a eu de soumettre les drapsfaçon d'Angleterre à l'arrangement des ventes par répartition. 149. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 29 octobre 1737 150. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 novembre 1737 Sur le Sieur Fougasse, négociant de Saloniquequi avait procuré plusieurs manuscrits, et sur sa droiture et son intelligence touchant le commerce. Sur le commerce des pelleteries, et sur ce qu'il ne serait pas difficile de l'enlever aux Moscovitessi le Mississippi ou le Canada, pouvaient fournir les fourrures nécessaires à ce pays. Que le commerce de pelleteries est aussi le principal objet de celui de la Suède. Sur l'ouverture d'une nouvelle répartition et sur la facilité que ces sortes de répartition occasionnent au débit de nos draps151. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 15 novembre 1737 152. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 23 novembre 1737 153. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 26 novembre 1737 154. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 26 novembre 1737 Sur une lettre de M. le Contrôleur Général touchant les drapsde la nouvelle fabrication et de la réponse qui y a été faite. Sur des nouvelles de cet Empire. 155. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 28 novembre 1737 156. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 29 novembre 1737 Sur le refus que le Curé de la nation de Saloniquea fait de donner la sépulture au corps du feu Sieur Espanet. 157. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 15 décembre 1737 158. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 23 décembre 1737 Sur l'intérêt que les étrangers peuvent prendre sur nos bâtiments. Sur les mouvements qu’on s’est donnés pour obtenir un Barat en faveur du Consul de Bassora. Sur le dépôt que le feu Sieur Jullien de Laera avait remis au Sieur Magy. Sur une assemblée tenue touchant les arrangements à prendre pour la vente des cafés. Sur les raisons que la nation d'Alepallègue avoir de ne pas se soumettre aux ventes par répartition. Sur ce que la nation de Saloniqueavait augmenté le prix des draps, et sur ce qu'on n'a pas encore jugé à propos de l'augmenter davantage tant dans cette Échelle que dans celle-ci. Sur ce que le corps des drapiers s'était purgé des mauvais débiteurs. Sur le Sieur Fondieres. Sur le Sieur Aignin et sur les plans qu'il a dressés. Sur ce qui concerne le Sieur Otteret sur sa route. Sur quelques dépenses du Sieur Rougeaudont il avait été remboursé, et sur ce qu'on lui devait recommander d'être plus économe. Sur quelques ordres qu'on avait donnés au Sieur de Peleran. Sur ce qu'on continue de faire percevoir le droit d'avaried'entrée à l'égard des étrangers et du peu de profit qu'il en revient. Sur ce que le Kaïmakam avait fait mettre aux galères quelques Arméniens Schismatiques qui avaient forcé des Papas de Scutari de fulminer les anathèmes ordinaires contre Saint Léon et sur la peine qu'on a eue de les en faire sortir. Sur le caractère turbulent d'un Jésuite polonais. Sur les gratifications accordées aux Jeunes de Langue au sujet des traductions et sur le Sieur de Cresmery. Sur les 100 piastres de pension accordées au Sieur Raymond de Modènesur le Consulat des Dardanelles. Sur le Sieur Rippert, négociants de Smyrne, et sur les dispositions ou on est de permettre au Sieur Gravier de l'aller joindre en qualité d'associé. Sur le certificat du Sieur de la Sale qui avait été enregistré. Sur le Hodja des Jeunes de Langue. Sur les Capucinsde Constantinople. 159. Lettre adressée à M. Amelot de Chaillou, ministre d’État aux Affaires étrangères Constantinople, le 26 décembre 1737 160. Lettre adressée au cardinal de Fleury, ministre d’État Constantinople, le 26 décembre 1737 161. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 10 janvier 1738 Sur l'inquiétude où on est par rapport à la barque du Roi sur laquelle Monsieur de Totteétait embarqué. Sur ce qui concerne le Barat pour le Consul de Bassora, et sur la bonne volonté du Grand Vizirenvers notre nation dont on reçoit journellement des preuves. Sur le Sieur Delonnégociant à Salonique. Sur la réception d'une lettre du Sieur Otterd'Ispahan. Sur une caisse de manuscritsembarquée sur le vaisseau du Capitaine Vance, et sur une autre qu'on doit aussi embarquer sur le vaisseau du Capitaine Barthélemy. Sur le Sieur Draco, agent du Prince de Valachieau sujet de quelques manuscrits. Sur le traité conclu par le Prince Ragotzi avec la Porte. Sur un état détaillé des drapsqui se sont rendus ici, et sur l'avantage qui résulte de l'établissement des ventes par répartition. Sur les indigos. 162. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 13 janvier 1738 Sur le Sieur Charles Rémusatqui souhaitant d'aller en France pour s'y retirer, serait bien aise de substituer à la place le Sieur Escoffier. 163. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 14 janvier 1738 Sur un mémoire envoyé par le Sieur Thomas, Consul de Salonique, de la part du Sieur Ruffin, drogman de son Échelle. 164. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 31 janvier 1738 Sur un vaisseau suédoisarrivé à Constantinople. Sur des lettres du Sieur Otter. Sur le Sieur de Tottequi n'était pas encore arrivé. Sur plusieurs nouvelles de cet Empire. 165. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 4 février 1738 Sur une audience du Grand Vizir, dans laquelle on lui a rappelé l'affaire de Bassoraau sujet du Barat, et sur les bonnes dispositions où il est à cet égard. Sur ce qu'on avait eu des nouvelles que la barque du Roi était à Malte166. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 22 février 1738 Sur les démarches faites au sujet de la polacre du Capitaine Ferrand qui n'ont pas eu de succès. Sur ce que le Grand Vizircontinue toujours de donner des preuves de sa bonne volonté. Sur les vues qu'on a de réunir à nous les Arméniens Schismatiques, et sur ce qu'on attend le retour ici de M. Bonapour y parvenir. Sur la promesse du Sieur Jean Laurensd'envoyer ses enfants en France. Sur l'arrivée de Monsieur de Tottepar terre, et sur le mauvais état de la pinque sur lequel il était embarqué. Sur ce qu'on tâchera d'engager les négociants de charger des marchandises sur cette pinque. Sur ce qu'il semble que les Consuls doivent fournir à l'entretien du premier drogman, qu'à l'égard du second ce doit être la Chambre du Commerce. Sur ce qu'on continue de faire exiger le droit d'avariesur les marchandises des étrangers jusqu'à nouvel ordre. Sur une décision donnée par la Cour d’Espagneau sujet de deux bâtiments vénitiens pris par des corsairesespagnols, et sur ce qu'on avait assuré les Ministres de la Porte de l'ordre que Sa Majesté avait donné à ses Ambassadeurs à ce sujet. Sur ce qu'on attend la réponse du Pacha de Bagdadà la lettre que le Grand Vizir lui a écrite au sujet de l'établissement d'un Consul à Bassora, et sur une requête présentée à ce Ministre pour faire rebâtir un hospice au Religieux de Terre Saintequi sont au Caire. Sur la défense faite aux Rayas de porter des habits de certaines couleurs, ce qui Porte un grand préjudice à notre commerce. Sur ce que la femme et les filles du Sieur Belinne se disposent point à l'aller rejoindre à Marseille, et sur la nécessité qu'il y aura de les y obliger. Sur ce que le Sieur Ottern'avait encore reçu aucune lettre depuis son départ de Constantinople, quoiqu'on lui en eût écrit 12 à 15, et sur les mesures qu'on avait prises pour lui faire tenir de l'argent dont il était entièrement dépourvu. Sur ce qu'il ne convenait guère à la situation présente de la Persede mettre à exécution les vues qu'on s'était proposées. Sur le Sieur d'André, et sur certaines attributions qu'il convient de lui accorder. Sur l'âge du fils du Sieur Dezdestiné pour être Jeune de Langue. Sur la quantité d'enfants du Sieur Bonnalet sur ce qu'à l'avenir, en proposant des Jeunes de Langue, on aura soin de marquer leur âge. Sur ce que la consommation du caféde nos colonies s'est un peu ralentie. Sur ce que la lettre qu'on avait écrite au Sieur Delanepour engager la nation d'Alepà prendre les arrangements pour la vente des drapstels qu'on les avait pris ici n'avait produit aucun effet. 167. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 2 mars 1738 Sur le compliment fait à M. le Comte de Maurepas au sujet de la charge de Ministre d'État. 168. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 28 mars 1738 Sur les bâtiments des Capitaines Martinet Benêt et sur ce que le Sieur de Lariaest chargé de solliciter la restitution des effets qui ont été pris dessus par des corsairesImpériaux. Sur ce que M. Bonan'avait point fait part des vues qu'il avait et qu'il a communiquées à Monsieur le Cardinal. Sur le Sieur Otter, sur ses instructions, sur ce qu'il marque de la situation de la Perse, etc. Sur les Sieurs Torbey, père et fils. Sur l'envoi d'un extrait de la délibération prise au sujet des cafés. Sur des dépôts en argent qui étaient en Chancellerie, qu'on a remis aux Capucinsde Constantinople, et sur un état du reste de ce dépôt; et j'ai exigé d'eux, et du Sieur Magy, leur syndic, la soumission portée par cet ordre. Sur un règlement concernant les Échelles de Seyde, d'Acre, de Jaffaet de Rama qui a été dressé sur les mémoires du Sieur Martin. Sur ce qu'il serait à souhaiter que les ordres particuliers expédiés en faveur des soldats qui n'étaient pas en droit de jouir de l'amnistie fussent généraux. Sur une décision de Sa Majesté touchant l'Échelle de Seyde par rapport aux Pâques. Sur ce qu'en cas qu'il y eût des fonds pour les missions, il conviendrait qu'ils fussent employés pour soutenir et soulager celles de Perse. Sur le Sieur Reynoardà qui on accordera une petite pension prise sur l'Échelle de Constantinople. Sur le Sieur d'André. Sur l'établissement des Sieurs Tornezy, Flechon, et Ayllaud à La Vallonne. Sur le Sieur Sielve, et sur le Brevet de secrétaire et interprète du Roi qu'on est disposé de lui accorder. 169. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 2 avril 1738 Sur ce qu'enfin la Porte avait accordé le Barat pour le Consul de Bassora. D'un Hatti-cherif accordé par le Grand Seigneurpour faire rebâtir l'église du Caire. Sur un Commandement qu'on devait expédier à l'occasion du paiement de la douane de nos cafés. 170. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 5 avril 1738 Sur le Sieur Louis Dantan. Sur le Sieur de Lancey. 171. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 8 avril 1738 Sur ce qu'on faisait espérer à Monsieur de Bausset de lui accorder un Brevet de garde marine pour un de ses fils, et sur la même grâce qu'on demande pour celui de M. D’Amirat172. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 9 avril 1738 Sur M. Bona. Sur l'esclave Garofalopour qui le Grand Maître s'intéresse. Sur Sary Bey Oglou173. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 14 avril 1738 Sur ce que Monsieur de Tottes'intéresse à faire obtenir au Capitaine Geoffroy la paie d'invalide en reconnaissance de ce que par ses attentions et son habileté, il l'avait préservé du naufrage. 174. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 16 avril 1738 Sur ce qu'on n'avait pas pu parvenir à procurer un chargement au Capitaine Geoffroy commandant une barque du Roi. Sur le Barat obtenu par le Consul de Bassoraet sur un Commandement en faveur du caféde nos colonies. Sur ce que les moyens violents dont s'était servi le Grand Vizirpour trouver l'argent nécessaire pour les préparatifs de cette campagne est cause que le commerce est suspendu en tout genre. Sur les désordres que commettent tous les jours les troupes de la marine appelées Levantis, et sur les coups de pistolet qu'ils ont tiré à deux de nos négociants dont le fils du Sieur Magya été blessé mortellement. Sur Sary Bey Oglou175. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 12 mai 1738 Sur des manuscritsqui doivent être déjà parvenus. Il serait à souhaiter que l'on pût augmenter ici le commerce des pelleteries. Sur ce que la rentrée du Grand Vizirà Constantinople dans le mois de novembre dernier avait occasionné de débit de nos draps, mais que sa sortie l'avait totalement diminué; qu'il serait à souhaiter que l'envoi des draps ne fût pas si excessif qu'il est aujourd'hui et qu'il conviendrait fort qu'on proportionnât la fabrication à la consommation. Sur la femme et les enfants d'un Arménien nommé Aved Astadourqu'on cherche pour leur procurer un embarquement pour la France. Sur la traduction du Barat du Consul de Bassoraqu'on avait enfin obtenu, et qu'on a envoyé; et sur une double douane qu'avait exigée le douanier de Tripoli de Syrie. Sur ce qu'on avait écrit plusieurs fois du Sieur Delaneau sujet de la répartition, et sur ce que la nation de cette Échelle n'était pas d'avis de la recevoir. Sur ce qu'il est à présumer que le produit de la Caisse Nationale pourra indemniser nos négociants des pertes qu'ils auront souffertes par rapport aux banqueroutes des drapiers. Sur ce que le Sieur Ottermarquait qu'il n'avait encore reçu aucun fonds et sur son embarras à cet égard. Sur un officier allemand nommé Monsieur de Meian qui devait passer d'Alepà Ispahan. Sur ce qu'on avait appris aux négociants étrangers que Sa Majesté les avait déchargés de l'avarie à laquelle ils étaient soumis. Sur ce qu'on ne saurait trop se conduire ici avec trop de circonspection en fait de religion, ce que quelquefois nos Religieux ne font pas, se laissant emporter à un zèle bien souvent mal fondé. Sur ce que les négociants de Marseillene voient qu'avec peine les établissements en ce pays-ci des marchands languedociens. Sur le reste des dépôts qui se trouvent encore à notre Chancellerie qu'il conviendrait de remettre aux Capucinsde Galata. Sur ce que les émoluments du premier drogman du Caireétant diminués, il convient de les augmenter, et sur le Sieur Sielvequi l'est. Sur la satisfaction qu'on aurait si M. le Contrôleur Général envoyait à la place du Sieur Fondieresune autre personne de confiance. 176. Lettre adressée au Comte de MaurepasConstantinople, le 1er juin 1738 Au sujet de la femme d'Aved Asvadour. Sur quelques nouvelles de la guerre. 177. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 1er juin 1738 Sur une lettre du Sieur Delaneconcernant le Sieur Roques. Sur le Sieur Deval. 178. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 17 juin 1738 Sur l'arrivée ici de M. Desfonds qui avait apporté une lettre de recommandation de M. le Comte de Maurepas. 179. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 18 juin 1738 180. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 20 juin 1738 Sur la permission que demande le Sieur Rosede protéger les bâtiments génois. 181. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 20 juin 1738 Sur la mauvaise foi et les insultes d'un Capitaine Ragusainnommé Marco Milillo. 182. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 20 juin 1738 Sur ce qui avait été écrit aux Consuls du Levant et de barbarie au sujet des ordres qui leur avaient été donnés de ne pas permettre aux Capitaines ou patrons d'embarquer avec eux aucun matelot étranger. 183. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 21 juin 1738 Sur les Sieurs de Cardonneet de ClairambaultJeunes de Langue. Sur le Sieur Imbault premier drogman de la Moréeque le Sieur de Clairambault a fait passer à Constantinople avec son fils, et sur la conduite de ce drogman qui exige quelque châtiment. 184. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 26 juin 1738 Sur le Sieur Aignin au sujet de la gratification qui lui avait été accordée et sur l'envie qu'il a de se retirer en France. Sur une lettre de M. Amelot qui apprend qu'on devait équiper à Toulondeux vaisseaux du Roi, et que Sa Majesté souhaitait qu'ils vinssent se montrer à Constantinople, et sur les instructions qu'on avait données aux Sieurs Peyssonnelet de Lariaqui étaient au camp, au sujet de ces deux vaisseaux, ainsi que sur une lettre qu'on avait écrite au Grand Vizir. Sur le Sieur Peyssonnel. Sur le Commandement obtenu pour le Vice-Consul de La Vallonne. PS : Sur l'arrivée du Sieur Peyssonnel du camp du Grand Vizir, et sur quelques nouvelles qui concernent cet Empire. 185. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 3 octobre 1738 Sur des lettres reçues du Sieur Yonconcernant les Torbeyet sur la comparaison qu'on en fait avec celles qu'il avait écrites précédemment, dont on envoie la copie. Sur la demande que fait le Sieur Yon de supprimer les actes qu'il avait tenus avec les Capucinsde son Échelle et que l'on trouve juste. Sur une délibération des négociants d'Alepque l'on envoie, qui regardent la vente des draps. Sur l'arrivée de la tartane du Roi commandée par Capitaine Azan qui n'est pas encore arrivé. Sur quelques nouvelles de guerre. 186. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 24 octobre 1738 Sur des manuscritsque l'on attend de Saloniquede jour en jour. Sur ce qu'on pense du Sieur Couturequi a été mis aux îles Sainte-Marguerite. Sur une délibération de la nation de Constantinople pour la liquidation du produit du droit de garantie. Sur ce que la même nation a consenti de faire une donative de 2500 piastres pour l'obtention d'un firman qui réduit le droit de Bedeatdes cafés de 5 à 3 paras par ocque pour les Échelles de Constantinople, de Smyrneet de Salonique, et sur la répartition qu'on a faite de cette somme dans ces trois Échelles proportionnellement à l'étendue de leur commerce et sur l'expédient qu'on a imaginé pour le remboursement de cette avance. Sur l'ordonnance qu'on a rendue pour porter les appointements du drogman du Cairede 448 piastres à 600. Sur ce qu'on doit écrire au Sieur Roquespour lui apprendre la grâce que le Ministre veut bien lui faire de le conserver dans l'emploi de drogman et sur le dessein où l'on est de le faire passer à Seyde. Sur l'Arménien David Astadourqui n'est pas encore arrivé, et pour qui M. le Marquis de Villeneuve est dans les dispositions qu'il peut désirer. Sur ce qu'on doit faire des instances auprès du Capitan Pachapour obtenir justice des violences d'Ahmed Capitan. Sur quelques nouvelles de ce pays. Sur ce que le Père Thomas de Campayaest retourné en Syrie, sans l'aveu ni de son Supérieur ni de l'Ambassadeur et sur la crainte où l'on est que sa présence n'y fasse naître de nouveaux embarras. Sur l'arrivée de la tartane du Roi. Sur la continuation de la peste, dont on a donné avis à M. le Marquis d'Antin. 187. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 4 novembre 1738 Sur une nouvelle expédition des Ambassadeurs d'Angleterre et de Hollande, occasionnée par l'accident arrivé à leur premier courrier. Sur une visite de M. le Marquis de Villeneuve au vizir et sur le salut que cet Ambassadeur a rétabli. Sur ce qu'on attend ici de nouveaux Ambassadeurs de Perse, qu'on dit venir offrir au Grand Seigneurla médiation du Sophi, comme les premiers et être chargés de faire valoir les prétentions du Roi de Perse sur la Mecque. 188. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 4 novembre 1738 Sur l'ouverture d'une nouvelle répartition et sur ce que le commerce a repris quelque activité depuis le retour du Grand Vizir. Sur ce qu'on tâchera de profiter du retour de la tartane du Roi pour faire passer en France la famille du Sieur Belin. Sur la permission accordée au Sieur Rosede protéger les bâtiments génois, pourvu qu’ils n’arborent point pavillon français. Sur l'affaire du Capitaine Marc Milillo de Raguse. Sur ce qu'après avoir notifié au Sieur Imbault sa démission, on a cru ne devoir pas lui refuser quelques bons offices auprès du Drogman de la Porte pour le faire employer chez le Prince de Moldavie. Sur les vaisseaux du Roi et sur la continuation des ravages de la peste, dont on a informé M. le Marquis d'Antin. Sur ce que le Sieur Desfonds étant parti, on n'est plus à portée de lui faire les avances nécessaires pour l'acquisition de chevaux dont il était chargé, et qui d'ailleurs serait très difficile, de la façon que la cour les demandes. Sur ce qu'on a remis au Sieur Dracoles livres que M. le Comte de Maurepas avait envoyés pour lui, et sur ce qu'on tâchera d'en tirer parti. Sur la nouvelle qu'on a enfin reçue, que la lettre de crédit fournie sur un Arménien de Zulpha en faveur du Sieur Otterlui était parvenue, et sur ce qu'on doit envoyer par le premier bâtiment un mémoire concernant ce dont il est chargé. 189. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 4 novembre 1738 Sur ce qu'ayant appris la nouvelle de la mort du Consul de Larta, on a jeté les yeux sur le Sieur Deflandrepour aller remplir cette place au moins par intérim et vaquer à l'hoirie du défunt, et sur les raisons qui ont fait choisir le Sieur Deflandre, et qui font espérer qu'il s'acquittera de cet emploi avec honneur. 190. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 6 novembre 1738 Sur ce que n'y ayant aucune apparence que Djanum Codja revienne en faveur, il paraît qu'on devrait procéder à la vente des câbles qui avaient été envoyés pour lui et qui pourraient dépérir dans le magasin où ils sont, à moins qu'il ne fût estimé plus convenable de les renvoyer à Toulon. 191. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 7 novembre 1738 Sur les services du Sieur Charles Fornetti, en faveur duquel on demandait une place aux enfants de langue pour le second de ses fils. 192. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 8 novembre 1738Sur ce qu'il semble que l'on pourrait sans difficulté remettre aux Capucinsde Saint-Georges pour diminuer leurs dettes, le produit de l'hoirie du Sieur Desrochesdont on n’a connu jusqu'à présent aucun héritier. 193. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 22 novembre 1738 Sur la nouvelle qu'on vient de recevoir de Smyrneque M. le Marquis d'Antinétait retourné en France, et sur ce que les accidents de pestecontinuant toujours ici, il ne pouvait prendre un parti plus prudent. Sur ce que des équipages de bâtiments français ayant refusé d'estiver les laines par rapport au péril de la contagion, et leur Capitaine qui était nolisé par des Livournais ayant représenté que ce refus autorisait les chargeurs à leur dénier les droits de starie; on a pris le tempérament de faire travailler les équipages à condition qu'ils iraient eux-mêmes prendre les laines et qu'aucun portefaix ne les transporterait. Sur ce qu'il peut arriver des cas où cet expédient ne pourrait avoir lieu, et sur ce que s'étant fait dans quelques Échelles des accords entre les Capitaines et les équipages pour que ces derniers ne travaillassent point pendant la violence de la peste, moyennant une diminution de leur salaire; il paraît qu'il ne serait pas hors de convenance d'en faire une des lois générales, en laissant à la prudence des Consuls de voir les temps où elle devrait avoir lieu. Sur ce que l'expédient proposé ci-dessus éviterait souvent bien des frais et des dommages, que les accidents qui arrivent sur les bâtiments ne peuvent manquer d'occasionner par le débarquement qu'il est usage de faire des laines chargées, pour les mettre en purge. Sur l'ouverture d'une nouvelle répartition composée de 338 ballots. Sur des pièces remises à M. le Marquis de Villeneuve par l'Ambassadeur d'Angleterre et par les Ministres de Suèdeau sujet d'une contestation arrivée à Lattaquiéentre nos Capitaines et les leurs, et sur ce que n'en ayant reçu encore aucune information de la part du Sieur Yon, on leur a répondu qu'on ne pouvait jusque-là prendre aucun parti sur cette affaire. Sur l'affaire de l'église des Pères de Terre Sainteau Caire. Sur la mort du Prince Rakoczy, et sur le choix que les Hongroisont fait du Comte Zatkipour leur chef. 194. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 27 novembre 1738 Sur une lettre des magistrats de Ragusedont on envoie copie à la Cour, au sujet des procédés du Capitaine Marc Milillo, et sur la réponse que M. le Marquis de Villeneuve a faite à leur agent dans cette ville. 195. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 17 décembre 1738 Sur les continuations du débit des drapsqui prouvent l'utilité des ventes par répartition. Sur ce qu'il n'est venu encore aucune lettre du Sieur Yontouchant la contestation arrivée entre nos Capitaines et les Anglaisà Lattaquié. Sur l'audience de congé des Ambassadeurs de Perseet sur des entretiens que M. le Marquis de Villeneuve a eus avec leur Kiaya dans lesquels il a été question des vues de la France pour rétablir son commerce dans ce Royaume, et pour la tranquillité des Arméniens Catholiques. Sur la disgrâce du Comte de Bonnevaldont on ignore les motifs. Sur quelques nouvelles concernant les affaires de la conjoncture. Sur ce que la pestecommence à n’être plus aussi violente qu'elle était. 196. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 23 janvier 1739 Sur le Père Romain, Custode des missions de Grèce et sur la préfecture des Jeunes de Langue donnée au Père Charles. 197. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 23 janvier 1739 Sur la nécessité d'établir un drogman à Bassora. 198. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 24 janvier 1739 Sur le Sieur Digeon, Jeune de Langue. Sur le Sieur Torbeyet la variation des sentiments du Sieur Yonà son égard. 199. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 25 janvier 1739 Sur la réception de quelques lettres du Sieur Otter. 200. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 25 janvier 1739 Sur le départ de M. le Marquis d'Antinde Saloniquepour Toulon. 201. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 26 janvier 1739 Sur un mémoire adressé à M. le Comte de Maurepas par les négociants d'Alepconcernant le préjudice qu'ils prétendent que l'arrangement des ventes par répartition cause à leur commerce. PS Sur les bons offices que M. le Comte de Maurepas a rendus au père Razolini auprès de la Congrégation de la propaganda. 202. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 26 janvier 1739 Sur les 39 sequins et 5 bagues déposés par M. Dupoyet au Conseil de la marine appartenant aux propriétaires de la prise qu'il avait faite. Sur un mémoire du Sieur Pagé, Consul à Caillery, communiqué au Sieur Laurens, négociant. Sur des représentations faites par des Arméniens Catholiques au sujet de quelques marchandises qu'ils avaient chargées sur un de nos bâtiments pour lesquelles le Vice-Consul d'Alexandrettea exigé le droit de Consulat quoiqu'elles ne dussent être portées qu'à Smyrne. Sur le rétablissement de l'hospice de Terre Sainte. Sur quatre esclaves français auxquels le Grand Vizira accordé la liberté. Sur la destitution d'un Capitaine de caravelle qui avait insulté et maltraité les Capitaines Clastrier et Bergier. 203. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 4 février 1739 Sur des effets appartenant au Pacha de la Moréeet autres sujets du Grand Seigneur, intéressés sur un de nos bâtiments, par un corsaireImpérial. 204. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 8 février 1739 Sur les appels des jugements des Consuls du levant qui doivent être relevés par-devant le Parlement de Provence. 205. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 février 1739 Sur le Comte Aggiuri, melkite arménien de la ville d'Alep. PS Sur un Commandement obtenu de la Porte en faveur du Comte Aggiuri, melkite arménien. 206. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 février 1739 Sur un Commandement obtenu de la Porte pour la restitution du chargement des Capitaines Benet et Martin. Sur les difficultés faites par la Chambre du Commerce de faire construire de nouveaux magasins à Alexandrette. Sur le retour du Sieur de Launay, Jeune de Langue, à Constantinople. Sur le rapport du Supérieur des Capucinsd'Alepqui avait pris un travers à l'égard du Sieur Otter. Sur un mémoire envoyé à M. le Comte de Maurepas contenant les observations dont on a cru susceptible un arrangement proposé par le Sieur Yon. Sur un mémoire qui doit être présenté à la Porte au sujet des violences dont la nation de Chypreest menacée de la part des Turcs pris avec leurs effets sur un vaisseau vénitien par le corsaireScarenzy. Sur ce que les négociants de Smyrnefont les répartitions des drapssi fortes, qu'ils rendent inutile cet arrangement. 207. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 février 1739 Sur ce qui regarde Astadour, Arménien, et sa famille. 208. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 16 février 1739 Sur l'arrivée du Sieur Deflandreà Lartaet du dérangement où y est notre commerce. 209. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 17 février 1739 Sur l'affaire survenue à Lattaquiéentre nos Capitaines et les Capitaines anglais qui se trouvaient dans cette rade. 210. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 18 février 1739 442 Sur l'arrivée du Sieur Yaya Begue, Géorgien, à Constantinople. 211. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 18 février 1739 443 Sur l'état du commerce de 1738 et les extraits des comptes des six derniers mois de la même année. 212. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 24 février 1739 444 Sur la nécessité d'empêcher les envois des drapsdans les endroits de Turquie où il n’y a ni Consul ni négociant français. Sur les abus que font des arrangements les négociants de Smyrne. Sur les envois des draps à Angora213. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 24 février 1739 446 Sur le commerce de Larta214. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 25 février 1739 448 Sur le Sieur de Laria215. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 7 mars 1739 449 Sur une assemblée tenue par la nation de Constantinople touchant l'arrêt du Conseil qui fixe à dix années la résidence des négociants dans le Levant; la défense d'envoyer des drapsdans les lieux où il n'y a point de Consul ni de négociants. Sur les abus introduits au sujet des laines pelades et sur les laines surges. Sur la fermentation qu'il y a eu parmi les Capucinsde Smyrneà l'occasion de l'ordre que le Père Venant d'Assat a reçu de ses supérieurs de retourner en France. 216. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 12 mars 1739 450 Sur la trop grande facilité des Échevins de Marseilleà délivrer des passeports pour le Levant à tout venant. 217. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 21 mars 1739 450 Sur trois manuscritsarabes traduits par le Sieur Devalet deux traductions turques, l'une du Sieur Leroux, et l'autre du Sieur Cardonne218. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 23 mars 1739 451 219. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 11 avril 1739 451 Sur une audience du Kaïmakam. Sur le Grand Vizirqui doit se mettre en marche jusqu'à la rencontre de l'étendard du prophète. Sur la partance des bâtiments destinés pour la mer Noire. Sur la partance du Sieur de Lariapour l'armée du Grand Vizir. Sur la partance du Baron Cincler, Suédois, pour Stockholm. Le Sieur Couturier, négociant français, part aussi avec lui. 220. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 24 avril 1739 452 Sur une contestation survenue à Chypreau sujet d'un bâtiment français dont le Capitaine et l'équipage avaient été assassinés par des Grecs qui fut rencontré en pleine mer par le Capitaine Stevenson, Anglais, qui prétendait devoir retirer les deux tiers ou au moins la moitié du prix de ce navire au lieu du tiers qui lui fut offert en conformité de l'ordonnance de 1681. Sur une contestation survenue à Chypre entre les Sieurs Toucheet Jauna, négociants français, et le Sieur Purnel, Consul d'Angleterre au sujet d'un droit de 2 % d'entrée et autant de sortie que ce Consul prétend exiger. Autre contestation sur le droit de départ que le Consul de Chypre a voulu exiger des négociants anglais pour des marchandises embarquées sur un bâtiment naufragé à (547) ladite Échelle, quoiqu'il se soit présenté eux-mêmes pour les retirer. Sur le refus que faisait le douanier d'Alepde recevoir les Tesquerets de celui de Chypre. 221. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 25 avril 1739 455 Sur un tremblement de terrequ'il y a eu à Smyrnele 4 de ce mois. Sur la répartition qui s'est faite à Smyrne de tous les drapsqui étaient sur cette Échelle au nombre de plus de 900 ballots. 222. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 26 avril 1739 456 Sur la punition du Capitaine Milillo, Ragusain, contre lequel plusieurs de nos Capitaines avaient porté des plaintes. 223. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 27 avril 1739 457 Sur un mémoire que le Sieur Georges Liuvry, Consul au Cérigo, a envoyé à M. Devalnay contenant des plaintes contre le Provéditeur du Cérigo. 224. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 30 avril 1739 457 Sur les préparatifs de Son Excellence pour se rendre au camp du Grand Vizir225. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 9 mai 1739 458 Sur des lettres du Sieur Otter. Sur le Sieur Otter. Extrait des lettres du Sieur Otter. Sur le commerce. 226. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 9 mai 1739 460 Sur 76 manuscritsachetés à Saloniquepar le Sieur Fougasse, négociant, envoyés à M. le Comte de Maurepas; relations avantageuses faites à ce Ministre en faveur du dit Fougasse. 227. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 12 mai 1739 461 Sur un livre traduit de l'arabe par le Sieur Deval, présent de la Bibliothèque orientale fait à ce drogman. 228. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 12 mai 1739 462 Sur les audiences que doit avoir M. l'Ambassadeur du Kaïmakam et du Grand Vizirà l'occasion de son caractère de Plénipotentiaires. Sur le Sieur Magyqui doit être chargé du détail des affaires pendant l'absence de Monsieur l'Ambassadeur et sur le Sieur de Cresmeryqui doit être substitué au Sieur Peyssonnelpour l'exercice de la Chancellerie. Sur les Sieurs de Launay, le Roux et Clairambault, Jeunes de Langue. Sur les arrangements à prendre à l'égard de quelques drogmans. Sur le rebelle Sary Bey Oglou. Sur le Grand Vizir qui doit être parti d'Andrinople. Sur le départ du Capitan Pacha. Sur ce que les Moscovitesdoivent entreprendre le siège de Bender. Sur des lettres reçues du Sieur VentureConsul en Crimée229. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 14 mai 1740 (sic) 463 Sur une contestation qui s'était élevée à Alexandrie entre les drogmans et les négociants au sujet de la préséance que les uns et les autres prétendent leur être due lors de la réception des cierges, des cendres, des palmes et autres cérémonies. 230. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 mai 1739 464 Sur un mémoire du Sieur Sielvepar lequel il propose de rétablir en sa faveur un droit de censerie attribué autrefois au drogman juif. Sur la réédification de l'hospice de Terre Sainte231. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 6 mai 1739 465 Sur ce que le feu a pris aux laines chargées sur le vaisseau du Capitaine Templier. 232. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 29 juin 1739 466 Sur ce que les dépêches de Monsieur l'Ambassadeur doivent passer voie de Vienne233. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 5 juin 1739 466 Sur les audiences qu’a eues Monsieur l'Ambassadeur du Kaïmakam et du Grand Seigneuret sur le parti qu'a pris en cette occasion le Chaoux-Bachi. Sur l'ordre du Roi qui confirme le Sieur Magydans la direction des affaires en l'absence de Monsieur l'Ambassadeur. Témoignage avantageux rendu en faveur de ce négociant. Sur ce qu'on a obtenu du Patriarche des Arméniens que nos missionnairespouvaient prêcher en turc et en arménien dans nos églises. Sur un Commandement en faveur du Sieur La Blachequi va continuer l'établissement du commerce à La Vallonne. Sur la maladie du Sieur Cardonne, Jeune de Langue. Sur la tête du rebelle Sary Bey Oglouqu'on a apporté au Sérail. Sur un corps de 3000 Bostangis. Sur l'arrivée du Sieur Ventureà Bacché-Sérail. Nouvelles de Crimée234. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 5 juin 1739 468 Sur la pension de 6000 lt que le Roi a accordées à M. le Marquis de Villeneuve. 235. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 11 juin 1739 468 Sur ce que l'ordonnance qu'on voulait rendre à l'égard des chargements des laines mérite un plus mûr examen. Sur l'embarquement de la famille de David Astadoursur le vaisseau du Capitaine Crozet. Sur un déserteur embarqué sur le Capitaine Templier. 236. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 12 juin 1739 469Sur un manuscritde la Bibliothèque du Roi écrit en caractères inconnus. Sur le père Timeoni237. Lettre adressée au Comte de Maurepas Andrinople, le 26 juin 1739 470 Sur le Sieur Boulle, Consul à Larta. Sur le Commandement expédié par la Porte en faveur du Sieur La Blachequi doit continuer l'établissement de La Vallonne. Sur le commerce de laine. Sur les éclaircissements demandés au Sieur Otterà l'égard du commerce de Perse. Sur les ordres donnés au Sieur Magyde faire vendre les câbles destinés pour Djanum Codja. Sur le Père Thomas de Campaya. Sur le Père Charles, préfet des Jeunes de Langue. Sur le Sieur Venture, Consul en Crimée. Sur ce que le dépôt de 39 sequins et les cinq bagues appartenant aux propriétaires de la prise faite par Monsieur du Poyet n'étant point réclamées on pourrait le donner à quelque hôpital. Sur ce que le Ministre a désapprouvé que le Consul d'Alexandretteeût exigé le droit de Consulat des marchandises destinées pour Smyrneque des Arméniens avaient embarquées sur nos bâtiments. Sur les Pères de Terre Sainte. Sur ce qu'on se propose de procurer un Barat au frère du Sieur Andréde Saint-Jean secrétaire interprète de S.M.C pour les langues orientales et sur ce que le Comte Aggiury, melkite, a pris un de ces Barats des Ministres de Suède. Sur la mauvaise façon dont les Capitaines anglais se comportent à Alexandrie envers les nôtres. 238. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 27 juin 1739 472 Sur les représentations des entrepreneurs des manufactures de Marcassus, de Montaullier et Pennautier du peu de débit de leurs londrins seconds. 239. Lettre adressée au Comte de Maurepas Philippopoli, le 9 juillet 1739 474 Sur l'embarquement d'Astadourde sa famille. Sur le Sieur Thomas, Consul à Salonique. Sur les magasins qu'on devait bâtir à Alexandrette. Sur ce que les ordres que Monsieur de Maurepas avait donnés au Sieur de Pelerande ne mettre en répartition qu'une certaine quantité de draps, n'ont pas été exécutés de la part de ce Consul. Sur le commerce de Larta. Sur les défenses d'envoyer des draps à Angora. Sur le commerce des fils de chèvre. Sur l'augmentation de l'escompte des draps de Cussac, de Pennautier et de Marcassus. Sur ce qu'il est à souhaiter que les représentations qui seront faites par M. de Mirepoix à la cour de Viennepour la restitution des effets appartenant aux sujets du Grand Seigneurenlevés sur la tartane du Patron Poujade soient suivies de quelque succès. Sur ce que le Sieur Yaya Beguedoit être arrivé en Perse. Sur le Sieur de Laria. Sur la punition des Capitaines français qui s'étant trouvés avec des Capitaines anglais à la rade de Lattaquiéen étaient venus à des voies de fait. Sur ce que le Sieur Yona proposé l'établissement d'un Vice-Consul à Lattaquié. Sur l'inconvénient de l'exécution de l'arrangement proposé de la part de Monsieur de Villeneuve de procurer aux négociants des nations franques un moyen d'avoir satisfaction de leurs griefs contre les jugements des Consuls et sur une affaire survenue à Alep. Sur la proposition faite à la nation de Smyrned'acheter en commun avec celle de Constantinople les laines surges. Sur le Père Romainet le Père Charles. Sur les gens sans aveu. Sur les dépenses extraordinaires du Sieur d'André à Rhodes. Sur le Sieur Deflandre240. Lettre adressée au Comte de Maurepas Nissa, le 30 juillet 1739 478 Sur deux actions qu'il y a eu entre les Turcs et les Allemands. Sur le dessein qu'avait M. le Général Munichde former le siège de Chokzim. Sur ce que le Capitaine Milillo, Ragusain, a payé l'amende à laquelle il avait été condamné. 241. Lettre adressée au Comte de Maurepas Au camp du Grand Vizir, le 18 juillet 1739 479 Sur l'audience qu'a eue le Marquis de Villeneuve du Grand Viziret des honneurs qu'il en a reçus à son arrivée au camp. 242. Lettre adressée au Comte de Maurepas Au camp du Grand Vizirdevant Belgradele 2 septembre 1739 479 Sur la signature et l'échange des articles préliminaires entre l'Empereur et la Porte. Sur les Moscovites243. Lettre adressée au Comte de Maurepas Au camp du Grand Vizir, le 10 septembre 1739 480 Sur le montant des donatives qu'en est obligé de faire toutes les années à Rhodesle Sieur André244. Lettre adressée au Comte de Maurepas Au camp du Grand Vizir, le 10 septembre 1739 480 Sur la nation de Smyrne. Sur le Sieur de Laria. Sur la nomination du père Razolini à l'Évêché de Santorin. Sur ce qu'un corsaireespagnol ayant pris un forban qui infestait l'archipel, le Sieur Aignin lui fit présent d'une montre et donna 10 piastres à l'équipage. 245. Lettre adressée au Comte de Maurepas Au camp du Grand Vizirle 10 septembre 1739 481 Sur un cas survenu en dernier lieu à Rhodesentre le Sieur Joseph Marcenaro génois naviguant en qualité de subrécargue sur un vaisseau anglais et le Capitaine Joseph Ollier de Marseille246. Lettre adressée au Comte de Maurepas Au camp du Grand Vizir, le 18 septembre 1739 483 Sur la signature des traités de paix entre l'Empereur et la Porte et la Porte et la Russie. Sur le départ du camp du Grand Vizir247. Lettre adressée au Comte de Maurepas Au camp du Grand Vizir, le 26 septembre 1739 483 Sur l'irritation de la Porte à l'égard des prises que font les Maltaiset les Espagnols des effets et des sujets mêmes du Grand Seigneursur les vaisseaux neutres. 248. Lettre adressée au Comte de Maurepas Au camp du Grand Vizir, le 27 septembre 1739 484 Sur la demande faite aux Ministres de la Porte de réduire la douane d'entrée et de sortie de nos marchandises à 2 %. 249. Lettre adressée au Comte de Maurepas Au camp du Grand Vizir, le 27 septembre 1739 485 Sur ce qu'on devait avoir égard à la dépense faite par les Jésuitesà l'occasion de la translation de leur église auprès de la maison consulaire. 250. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 3 novembre 1739 486 Sur l'arrivée de M. l'Ambassadeur à Constantinople. Sur le Sieur Magyet le Sieur de Cresmery. Sur 200 piastres qu'on doit allouer au Sieur Otter. Sur une requête présentée à la Porte à l'égard de l'établissement de La Vallonne. Sur une violence faite au Capitaine Sauvaire de la République qui devait rapporter le Bayle Contarini. Sur 57 ballots de drapsadressés à Smyrnepour être revendus à Constantinople. Sur ce que sur les bruits de la guerre il conviendrait d'augmenter le prix des draps. Sur la mort du Père Charles251. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 8 novembre 1739 488 Sur ce qui a été procédé à l'échange des ratifications du traité de paix entre l'Empereur et la Porte et sur une répartition de 500 ballots qui a été ouverte le 1er novembre. 252. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 18 novembre 1739 489 Sur deux Commandements obtenus en faveur des régisseurs de la maison de La Vallonne. Sur ce que les sommes empruntées par la nation pour la réduction du Bedeatde la douane, mezeteries sur les cafés sont acquittées. Nouvelles diverses sur les Moscovites. Nouvelles diverses. 253. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 19 novembre 1739 490 Plaintes de Monsieur D’Amiratcontre le Sieur Sielve254. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 22 novembre 1739 490 Sur les attestations faites en Levant pour constater la défectuosité des draps255. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 22 novembre 1739 491 Sur le règlement qui concerne l'estivage des laines. Sur les missionnaires. Sur l'achat des laines en commun. Sur trois aventuriers. 256. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 27 novembre 1739 492 Sur la sentence rendue dans l'affaire entre le Sieur Marcenaro et le Capitaine Olivier. Sur la gratification annuelle de 100 piastres accordée au Sieur d'André. Sur le Sieur Cardonne. Sur la mort de Pierre Fornetti, Jeune de Langue et sur cette place qu'on demande en faveur du fils du Sieur Carlo Fornetti, drogman. Sur la prise de la pinque du Capitaine Daniel par un corsairesous pavillon Impérial. 257. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 29 décembre 1739 493 Sur quelques secours demandés par les Jésuiteset Capucinsde Smyrnepour la réparation de leurs églises. 258. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 30 décembre 1739 494 Sur une roche qui s'est formée sous l'eau vers Santorin259. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 31 décembre 1739 494 Sur l'échange des ratifications du traité de paix entre la Porte et la Russieet sur la prière faite par M. le Marquis de Villeneuve d'être rappelé. 260. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 31 décembre 1739 495Sur une avanie suscitée à Seydeau Sieur Béraud, négociant français, et sur la satisfaction que la Porte nous a donnée à cet égard. 



Author
publiés par les soins de Sinan KKUNERALP
Other informations
2021 562 p.
ISBN
978-975-428-629-8 978-975-428-669-4
Price
65.00 $